Quelle est la Vie d'un Loup ?

Introduction :

Le loup est un animal fascinant mais qui ne correspond pas toujours à l'image que l'on s'en fait. En plein été, les jours de grosse chaleur, les loups restent couchés à l'ombre. Leur pelage fin n'est pas aussi beau qu'en hiver, et, gueule ouverte et langue pendante, ils n'ont pas aussi fière allure que quand ils chassent. Ils sont parfois fatigués ou endormis, parfois pleins de vie. Suivons-les, au lever de leur sieste, pour découvrir leurs secrets...

1) Qu'est-ce que le loup ?

A) Qui est-il :

le loup qui est il

Même s'il ressemble à un gros chien de traîneau, le loup est un animal sauvage qu'on ne voit pas souvent dans la nature car il se fait discret !

Le loup est un mammifère carnivore qui appartient à la famille des canidés (comme les chiens et les renards). Son nom scientifique est Canis lupus. C'est un prédateur, et même un superprédateur : il est capable de capturer de très grosses proies, telles que des chevaux, et de tuer d'autres prédateurs (des renards, par exemple).

Dans la nature, on a observé des loups vivants jusqu'à 13 ans, mais il en existe sûrement qui sont morts plus vieux. Un loup en captivité, à l'abri des dangers, vit plus longtemps, jusqu'à une vingtaine d'années. 

B) Les loups sont-ils tous gris la nuit ?

les loups sont ils gris la nuit

Si beaucoup de loups sont de couleur grise, il existe des nuances d'un individu à un autre : certains sont plus clairs, d'autres plus sombres, d'autres encore ont des reflets fauves. On trouve même des individus tout noirs ou tout blancs.

Les loups possèdent souvent des particularités : cicatrice à l'oreille, poils plus noirs sur la tête, etc. Certains loups pèsent 25 kg, mais d'autres peuvent atteindre facilement le double. On parle même de très grands loups mâles frôlant les 80 kg. Du bout de la truffe au bout de la queue, le loup mesure entre 1,30 m et 1,80 m et, au niveau du dos (sans la tête), en moyenne entre 60 et 80 cm de haut. Les poils du pelage du loup sont très fournis, et sa fourrure le protège bien du froid ou de la pluie.

2) Où vit le loup ?

Le loup n'est pas difficile : il peut s'adapter à des milieux et des environnements très différents.

Où se cache-t-il :

S'il trouve à boire et à manger, le loup survit à peu près partout. Il aime cependant être tranquille, et un lieu calme est indispensable à la femelle quand elle met des petits au monde. La forêt est un excellent refuge, ainsi que tous les endroits où les hommes ne sont pas nombreux, comme les montagnes ou les régions un peu désertiques.

3) Comment vit le loup ?

Le loup vit au sein d'une meute. Les rapports y sont très hiérarchisés : il y a les chefs et ceux qui obéissent...

A) Un groupe Uni :

Le loup est un animal qui a besoin de la compagnie de ses semblables : l'union fait la force. À plusieurs, il est plus facile de chasser et aussi d'élever les jeunes. On peut parler de meute dès que les loups sont 2. Mais une meute peut facilement compter 8 individus, voire davantage. 

meute de loup

Dans un groupe, il y a un mâle et une femelle qui dominent tous les autres. Ce sont en général les seuls à avoir des petits. On trouve souvent un second mâle et des jeunes nés au cours des années précédentes. Le second mâle, qui est un dominé, cherche régulièrement à devenir le chef, mais il se fait vite remettre à sa place.

B) Chacun chez soi :

Chaque meute possède son propre territoire. Les loups y vivent, mais, surtout, y chassent. Le choix du lieu est important, car trouver un bon territoire, riche en nourriture, c'est aussi avoir de meilleures chances de survie.

Les loups marquent la frontière de leur chez-soi par des crottes bien en vue, des jets d'urine, ou encore en grattant le sol. Le territoire est plus ou moins grand : tout dépend du nombre de proies que l'on peut y trouver. Les loups sont en général, très respectueux des frontières. Toutefois, si des imprudents voulaient empiéter sur le territoire de leurs voisins, ces derniers défendraient hardiment leur domaine ! C'est pourquoi, bien souvent, entre deux territoires, il existe des zones vides de loups. Cette sorte de frontière "sans loups" permet d'éviter les conflits entre meutes.

4) Une année avec un loup :

La vie du loup n'est pas la même tous les jours. Son emploi du temps est totalement rythmé par les saisons.

A) En hiver...

loups en hiver dans la neige

Même lorsqu'il vit dans des régions froides, le loup souffre peu des températures (parfois très basses). En effet, sa fourrure s'épaissit toujours avant l'hiver. Le loup est même capable de dormir dans la neige. Son pelage épais est si isolant qu'il ne la fait même pas fondre sous lui : la chaleur ne s'échappe presque pas de son corps. En hiver, le loup n'a qu'une idée en tête : manger, manger et manger, pour survivre. Mais l'hiver, c'est aussi la saison des accouplements.

B) Au printemps...

louveteaux

C'est le moment de choisir la tanière, car les louveteaux vont bientôt venir au monde. Et une bonne tanière, foi de loup, doit être située en hauteur si l'on veut pouvoir surveiller les environs. Avoir de l'eau à proximité est aussi un avantage. L'entrée de l'abri, en forme de tunnel, débouche sur une cavité plus large. Tous les membres de la meute s'occupent de creuser ou d'agrandir la tanière. L'année suivante, ils pourront revenir dans ce refuge ou en chercher un nouveau. Au printemps, le loup mue pour perdre les poils superflus de sa fourrure d'hiver.

C) En été...

La meute finit d'élever les louveteaux, qui ont cessé de boire du lait et apprennent petit à petit à chasser autour de la tanière. La mère part chercher de la nourriture pendant qu'un autre loup, sorte de baby-sitter, garde les petits.

En été, les loups s'activent plutôt la nuit. Cela n'a rien à voir avec la lumière, comme on le pense souvent, mais avec la chaleur, que les loups n'apprécient guère ! Aux heures les plus chaudes de la journée, le loup se repose à l'ombre, et il halète, gueule ouverte et langue pendante, pour évacuer la chaleur de son corps - car les loups, comme les chiens, ne transpirent pas. S'il le peut, le loup creuse un peu le sol pour se ménager un endroit frais où s'allonger.

D) Et en automne...

Si le loup n'aime pas la chaleur, il se contrefiche de la pluie. L'eau, en général, ne le perturbe pas ; d'ailleurs, traverser une rivière est pour lui quelque chose d'ordinaire. En automne, les jeunes loups âgés de plus de 2 ans quittent leur meute. C'est ce que l'on appelle la dispersion.

5) Comment les loups communiquent-ils ?

Le loup, parce qu'il ne vit pas tout seul, doit pouvoir informer ses semblables de certaines choses : un danger, une chasse...

A) Le langage des loups :

comment les loups communiquent ils

Le loup utilise beaucoup sa voix pour exprimer ce qu'il ressent : il hurle, il aboie, il gémit ou il grogne. Mais il se sert aussi de son corps. Un loup qui veut prendre une attitude menaçante se met à grogner, les babines retroussées pour bien montrer ses crocs, les poils hérissés pour avoir l'air plus gros, les oreilles en arrière... 

Le corps tout entier peut ainsi manifester la colère, la peur, la curiosité,... La queue, en particulier, permet au loup de dire toutes sortes de choses : relevée, elle indique un caractère de dominant ; baissée ou rentrée entre les pattes, c'est un signe de soumission.

B) Des hurlements qui font peur :

Le long hurlement du loup est célèbre : "haouuuuuu, haouuuuuu". Les hommes le trouvent lugubre et en ont peur, sans doute parce qu'ils l'entendent souvent dans la nuit noire ! Ce hurlement est, en fait, un moyen de communiquer.

Les scientifiques pensent qu'il permet aux loups de dire aux autres meutes quelque chose comme : "Ici, les gars, c'est chez nous, souvenez-vous-en !" Ces hurlements peuvent être entendus par un loup jusqu'à 10, peut-être même 20 km de distance ! Tandis qu'un homme ne les entends plus au-delà de 3 ou 4 km. Chaque loup possède un hurlement particulier, différent de celui des autres loups. On pense que le loup hurle aussi quand il est seul et qu'il recherche la compagnie d'un de ses semblables.

6) Comment se reproduisent les loups ? :

Dans une meute, seul le couple dominant se reproduit. Mais les autres individus participent à l'élevage des louveteaux.

A) Les loups en amoureux :

comment les loups amoureux se reproduisent ils

Un couple de loups se reproduit une fois par an. Ce sont des animaux affectueux entre eux, mais qui le deviennent encore davantage au moment de l'accouplement, qui a lieu en hiver.

Les autres membres de la meute sont rudement tenus à l'écart du couple durant cette période. L'accouplement terminé, l'agressivité retombe au sein de la meute. La louve, après avoir porté ses petits durant 60 à 67 jours dans son ventre, les met au monde dans la tanière en avril-mai. Une portée compte en général 5 ou 6 louveteaux.

B) Les louveteaux et leur clan :

À la naissance, les louveteaux sont aveugles. Leur mère reste presque tout le temps avec eux pendant leur deux premières semaines de vie. Ils ont en effet besoin de téter et de dormir au chaud, et ce sont les autres loups qui apportent à manger à la mère.

Vers l'âge de 15 jours, les petits commencent à voir et à chercher querelle à leurs frères et soeurs pour avoir la meilleure place près des mamelles.

À 3 semaines, ils pointent le museau dehors.

Durant leur deuxième mois, ils mangent des bouts de viande régurgités pour eux par les adultes de la meute. S'il y a un danger, la louve déplace les louveteaux en les portant dans sa gueule. D'ailleurs, tout le groupe veille sur eux, ce qui augmente leurs chances de survie. En grandissant, les petits loups deviennent de plus en plus autonomes.

C) Devenir un loup :

louveteaux chassent

Vers la fin de l'été, les louveteaux, déjà grands, accompagnent les adultes à la chasse. Ils apprennent comment capturer une proie, qu'il s'agisse d'un mulot ou d'un grand mammifère. C'est un moment très important pour eux, car, vers l'âge de 2 ans, ils devront être capables de se débrouiller tout seuls et de partir fonder une nouvelle meute. S'ils tardent trop à quitter le groupe, les loups dominants les chasseront. 

7) De nouveaux territoires :

Après avoir été élevés et protégés par toute la meute, les jeunes loups doivent à présent trouver un territoire et fonder leur clan. Seuls.

A) Quand vient l'heure de partir : 

louveteau quitte sa meuf

Les jeunes loups devenus adultes doivent, lorsqu'ils quittent la meute, trouver leur propre territoire : un endroit où ne vit aucun autre clan et où il y a de la nourriture et de l'eau en quantité suffisante.

Les loups peuvent parcourir des dizaines de kilomètres par jour, seuls, pour dénicher leur nouveau domaine. Chemin faisant, ils recherchent également le compagnon ou la compagne avec qui ils pourront créer une nouvelle meute. Lorsque le jeune loup trouve enfin un endroit où s'installer, ce dernier est parfois assez pauvre en proies : les bons territoires sont souvent déjà pris par les meutes de loups adultes.

B) Se faire accepter par une autre meute :

Essayer d'intégrer un groupe de loups déjà constitué et vivant sur un autre territoire, ce n'est pas facile. Souvent, le jeune loup se fait rudement chasser. Il est rare qu'une meute accepte un loup étranger. Donc, dans le cas où un individu parvient à se faire tolérer, il se fait le plus discret possible, pour ne pas être rejeté !

C) Les loups solitaires :

loup solitaire

Ils sont rares. Ce sont toujours des individus qui ont été chassés d'une meute. S'il ne s'agit pas d'un jeune qui vient de quitter sa meute et n'a pas encore trouvé de nouveaux compagnons, un loup qui vit seul est soit un loup dominant qui a perdu son rang et qui a été rejeté par les siens, soit un loup qui a été blessé et isolé. Or, pour un loup, être seul, c'est être en danger.

Chasser, affronter d'autres prédateurs... tout cela est plus facile à plusieurs. De plus, le loup solitaire doit parfois se battre avec d'autres loups... C'est pourquoi il va toujours chercher deux choses : un autre loup solitaire pour former une meute et un nouveau territoire pour y vivre.

8) Comment les loups voient-ils le monde ?

Les hommes pensent parfois que les animaux voient, entendent et sentent les mêmes choses qu'eux. C'est faux.

A) Un monde d'odeurs : 

loup odeur

Chaque animal perçoit le monde en fonction de ses besoins. Un loup voit donc le monde en chasseur. Son univers est complètement lié aux odeurs. Son flair est très développé : cent fois plus que celui d'un homme ! Si le vent est favorable, on pense qu'un loup peut repérer une proie à plus de 2km. Lorsqu'un autre loup, un animal d'une espèce différente ou un homme est venu sur son territoire, il peut le sentir, même 3 jours plus tard.

B) Des yeux et des oreilles très performants :

Le loup, comme le chat, voit très bien dans l'obscurité. Ses yeux, qui brillent dans la nuit, sont équipés de cellules spéciales qui décuplent la moindre lueur. Est-ce que le loup voit en couleurs ou en noir et blanc ? On ne sait pas. En revanche, on pense qu'il voit un peu flou lorsqu'il regarde juste en face de lui, mais qu'il voit très bien sur les côtés. Ce qui est sûr, c'est qu'il perçoit parfaitement les mouvements.

Son ouïe est, elle aussi, très fine. À l'oreille, le loup est capable de trouver des rongeurs sous la neige ! Ses oreilles continuent à percevoir les sons même quand il dort. Comme il peut les tourner d'un côté ou de l'autre, il sait facilement d'où vient un bruit. Le monde du loup est plein d'informations qu'un humain ne peut soupçonner.

9) Comment meurent les loups ?

Dans la nature, peu d'animaux meurent de vieillesse. Accidents, maladies, prédateurs, la vie d'un loup est semée d'embûches.

A) Un manque d'expérience parfois fatal :

Tous les louveteaux n'atteignent pas l'âge adulte, loin de là : plus de la moitié d'entre eux meurent avant. L'année au cours de laquelle, tout jeunes, il leur faut quitter la meute et vivre seuls quelque temps est l'un des moments où les loups meurent le plus. Attention alors aux chutes, aux bagarres et autres accidents particulièrement dangereux pour des jeunes loups inexpérimentés ! De plus, s'ils ne sont pas d'excellents chasseurs, ils manqueront de nourriture et s'affaibliront. Ils attraperont alors plus facilement une maladie ou mourront même de faim.

B) Accident de chasse et mauvaises rencontres :

Un loup peut aussi être blessé à la chasse et y laisser sa peau. Il ne faut pas croire que la capture d'un gros animal est sans risque pour un loup : un coup de sabot ou de corne est vite arrivé. Rencontrer un homme chasseur de loups ou une autre meute peut être source de blessures graves, voire mortelles.

C) Les maladies du loup :

Elles sont nombreuses ; certaines le tuent, d'autres le fatiguent beaucoup. La rage, mortelle, peut faire des ravages. Le loup devient comme fou et très agressif, il lui arrive de quitter la meute et de parcourir des dizaines de kilomètres. Il mord alors les animaux qui se trouvent sur son passage et peut ainsi leur transmettre cette maladie.

Le loup est aussi parfois victime d'un ver qui s'appelle le ténia. Les larves de ténia se trouvent dans les muscles de caribou ou de cerf. Alors, quand le loup attrape une proie qui porte des larves de ténia, il les avale en mangeant la viande. Le ténia se développe ensuite dans l'intestin du loup, qui maigrit, maigrit... et peut en mourir.

10) Le loup, sous un angle inconnu :

Et non, le loup n'est pas toujours ce bel animal majestueux aux attitudes nobles !

A) Faire des crottes utiles :

Le loup recycle ses excréments de façon utile : son urine et ses crottes lui servent à marquer son territoire. Il dépose si possible sa crotte bien en évidence, sur une petite butte de terre. Un loup qui renifle les crottes de ses semblables avec intérêt a donc un comportement tout à fait normal ; il ne fait que vérifier qui est passé par là... Il faut préciser que, si les bouses de vache et le crottin de cheval sentent plus ou moins l'herbe, les excréments de loup reflètent une alimentation à base de viande et sentent, pour nous, vraiment fort.

B) Non, ce n'est pas sale...

Un loup en train de se lécher le derrière est très propre : il fait sa toilette intime, et il n'a que sa langue pour lui servir de gant. Idem quand il renifle le derrière d'un congénère : c'est un moyen de savoir, par exemple, si une femme a ses chaleurs ou non.

C) Ce qu'on ne dit jamais sur le loup :

Un loup peut éternuer s'il est enrhumé ou s'il a respiré quelque chose qui ne convient pas à sa truffe. Ou encore se gratter comme un fou : l'oreille, le derrière, les pattes, notamment s'il a attrapé des puces.

Un loup, ça peut ronfler et bâiller, la gueule grande ouverte. Un loup, évidemment, ça pète. D'ailleurs, ceux qui ont un chien, cet animal domestique si proche du loup, le savent très bien. Un loup a parfois de la terre sur la truffe, car, toujours comme un chien, il peut aller enterrer un morceau de nourriture "pour plus tard". De toute façon, un loup en bonne santé a la truffe légèrement humide.

Conclusion :

Si vous êtes arrivé jusqu'à la fin de cet article, c'est que les loups vous intéressent réellement. Pour aller plus loin, nous vous proposons de découvrir notre boutique en ligne proposant des objets sur la thématique du loup. Vous y retrouverez, Bijoux (bracelets, bagues, colliers), Tableaux, Tatouages, Masques, Peluches, T-shirts, Déguisements et plein d'autre... Bonne découverte et à bientôt sur Louragan !

Articles Récents

N'hésitez pas à laisser un commentaire